Logo conseil européen de l'art

Bienvenue sur le site du

Conseil Européen de l'Art

Paris - France

CEA-Italie
CEA ITALIE
CEA - France
CEA FRANCE
CEA - Royaume uni
CEA UK

Mission

Organigramme

Evénements 2012

Evénements 2011

Evénements 2010

Artistes

Partenaires

Contactez nous

Adhérez au Conseil

Questions fréquentes

Newsletter

Mentions légales

Technoprog ! - 17 janvier 2011 - Paris

Quel homme pour le monde de demain ? par Jacques HONVAULT

Nous sommes aujourd’hui reçus par les transhumanistes, et je les remercie de leur invitation. Il semblerait que l’enjeu concret de l’association française transhumaniste Technoprog ! soit l’extension des limites biologiques de l’homme, et en particulier des phénomènes liés au vieillissement, tout ceci grâce à l’apport technologique.

Le grand projet du Conseil Européen de l’Art est quant-à lui ceci: relancer au sein de l'Union Européenne la Nouvelle Renaissance, un nouvel humanisme visant à conjuguer Art, Science et Technologie dans un esprit alliant Tradition et Innovation.

Ce projet s’appuie sur la théorie de l’émergence, qui rappelons le, stipule que l'ensemble fait plus que la somme de ses parties. C’est en ce sens que nous voulons conjuguer plusieurs disciplines dont les maitres à penser souhaiteraient ne pas les mélanger pour en garder le contrôle. L’émergence stipule d’ailleurs que l’ensemble, c'est-à-dire dans notre propos l’humanité, ne peut se réduire à la connaissance des parties. La solution est pour nous très simple : il faut casser les barrières entre les savoirs si l’on veut atteindre l’essence d’un monde d’une complexité sans cesse plus grande. Cette démarche porte un nom : c’est la transdisciplinarité.

Laissons-nous aller maintenant à quelques réflexions en appliquant de manière transdisciplinaire des modèles théoriques de physique fondamentale à la démarche transhumaniste. La théorie du chaos s’appuie sur les deux caractéristiques suivantes : une forte récurrence et une sensibilité aux conditions initiales. L’humain étant une machine de reproduction d’une grande fidélité de son matériel génétique, l’aspect récursif de celui-ci semble indiscutable. Quand est il de la démarche transhumaniste quand à l’hypothétique modification de « nos » conditions initiales ? Loin de nous la volonté d’avertir, le courant transhumaniste étant, nous semble-t-il, déjà clairement conscient des risques que peuvent engendrer leur démarche.

Quoiqu’il en soit, de notre point de vue, l’amélioration de l’homme n’entraine pas forcément une amélioration de l’humanité. Nous sommes déjà sous tension par des contraintes matérielles, alimentaires, sanitaires et écologiques. La surpopulation est déjà un problème dans plusieurs régions du globe. Alors que faire d’un homme plus présent et que lui proposer ?

Le conseil européen de l’art  estime pour sa part que, avec notre durée de vie actuelle ou avec celle d’un homme quasi-immortel, le véritable devenir de l’homme est dans le développement de la culture, ce qui constitue de fait notre humanité.

C’est depuis ce point de vue que le conseil européen de l’art  se propose de répondre  aux efforts de progrès des transhumanistes. L’un s’occupe en priorité du corps, l’autre exclusivement de l’esprit.  « Mens sana in corpore sano »,  « un esprit sain dans un corps sain » écrivait  Juvénal. Le conseil européen de l’art  est donc  venu à cette conférence transhumaniste. Loin de nous opposer  par nos différences, nous préférons venir  à vous en indispensable complémentaire.

Gageons que la théorie de l’émergence sera à nouveau applicable. Nous en ressortirons ainsi tous grandit.

Jacques HONVAULT

 

Le Transhumanisme : Un nouvel Humanisme par Ingrid Brunazzi

« Puisque les lendemains seront toujours remis au lendemain , Inventons un aujourd'hui qui chante » Robert SABATIER

Le progrès scientifique et l'avancement des biotechnologies dont le Tranhumanisme se fait porte-parole, est un véritable nouvel humanisme qui se situe dans l'évolution de pensée de la Renaissance et des Lumières , périodes caractérisées par l'audace des initiatives intellectuelles , le vertige de la liberté de penser sans le filet des transcendances et des autorités religieuses.

Si les humanistes de la Renaissance ont fait le lit de l'idéologie progressiste c'est en osant rappeler aux hommes leur dignité et leur vocation promethéenne. Comme l'affirme Jean-Michel Besnier, cette audace contraste avec le souci de précaution affiché aujourd'hui pour endiguer les risques d'aller de l'avant.ainsi qu'avec la fascination de ces prétendus sages qui affirment que l'Histoire est toujours le théâtre des mêmes souffrances « Eadem sed alter », attachement résolument antimoderne au destin et soumission à l'ordre des choses ( proné également par certains écologistes qui militent pour des valeurs les plus obscurantistes). L'humanisme c'est avant tout l'aventure de penser par soi-même, de quitter le confort des apriori et des croyances, de se battre contre une inclination à la paresse, « osons penser » affirmait Kant !

Oser, c'est avoir la vision d'une Humanité plus libre des fléaux qui affectent l'existence, tels que la maladie, la vieillesse et la mort, mais c'est aussi préserver notre Liberté de penser et restituer au savoir et à la culture la place qui leur reviennent dans l'évolution des individus, de restaurer la pensée socratique qui n'est autre que la capacité d'autogestion de sa propre vie.

Art et Sciences sont des vecteurs d'évolution qu'il faut conjuguer dans la perception que ce n'est que dans leur apport mutuel qu'ils peuvent engendrer des horizons plus vastes et dépasser leur confins sectoriels en découvrant par leur dialectique des analogies qui ouvrent de nouvelles perspectives « Etudie la Science de l'Art et l'Art de la Science » (Leonardo da Vinci).

C'est dans ces convictions que nous avons fondé le CEA à Venise , afin de réevaluer la multidisciplinarité des savoirs associée au multiculturalisme et rétablir l'Unité du savoir en redonnant ainsi aux individus Harmonie et équilibre.

Audace , donc, mais aussi Humilité , les technologies doivent « servir » et non « asservir » l'humanité et c'est toute la portée de l'affirmation de Leonardo « Je ne me fatigue pas de servir ». Aucune technologie ou robot ne pourra jamais percevoir ce que Leonardo définissait « l'imagination » ou « la créativité » ; telle est cette capacité de percevoir « l'émergence » dans le mouvement de sa main ( l'inneffabile mano sinistra), de la forme cachée, ensevelie, en puissance, qui devient image . Illustration fascinante de la théorie de la complexité comme "émergence", de l'apparition spontanée de nouvelles formes d'"ordre" du chaos et de la confusion. En un mot « le Mystère » auquel nous renvoie le sourire de Monna-Lisa.

Le CEA PARIS dont j'assure la Présidence , vient ici offrir au Transhumanisme une plus grande visibilité en lui attribuant une nouvelle Esthétique. A ces fins nous envisagerons un concours « In the Name of Leonardo : le transhumanisme quelle esthetique pour demain ? » avec l' exigence , caractéristique de l'Esprit français, de viser è cette Harmonie définie par le mathématicien et architecte français . Jean- Marie Massaud, comme « synthèse de 3 concepts : Sobriété, Elégance Intelligence . Des formes galbées qui se conjuguent avec une géométrie claire et une Technologie habilement dissimulée, le tout s'inspirant d'un certain sensualisme , telle est l'Harmonie de demain ».

Cartésianisme allié à la Magie des sens : c'est un peu Aristote qui donne la main à Platon , mais c'est surtout « l'Esprit de géométrie » qui se conjugue avec « l'Esprit de finesse » (Pascal).

Ingrid BRUNAZZI